Archives du mot-clé #snorkeling

Philippines : les Visayas


BREF RETOUR D’EXPÉRIENCE DES PHILIPPINES : LES VISAYAS

Les îles de Cebu – Bohol – Siquijor – Negros en trois semaines

 

Les Philippines ne sont pas très convoitées par les européens et il m’a été difficile d’organiser ce voyage n’ayant que très peu de renseignements sur les sites habituellement visités Le routard et Lonely, par ailleurs renseignements souvent contradictoires ce qui m’a fait prendre des précautions inutiles, avoir des craintes infondées et devoir gérer un stress supplémentaire inutile et encombrant.

 

Donc oui les Philippines, c’est très loin, trop chaud avec un indice humidex dépassant toute loi de la raison et en plus on y mange tellement mal !

Mais mais mais les plages sont plus blanches, les eaux plus douces et cristallines avec à ses bords des poissons tropicaux plus beaux, des étoiles de mer plus grandes, plus grosses, plus belles, plus colorées mais aussi les paysages sont variés : volcans, Chocolates Hills uniques, cascades, jungles, rizières et la vie qui s’y accompagne : les gens sont décontractés, souriants et agréables, bienveillants et j’aime aussi cette simplicité à se déplacer partout où l’on se trouve : toujours un tricycle, une moto, une jeepney vous proposant de vous ramener.

En Août les touristes se comptent sur les doigts de la main même dans les endroits les plus fréquentés habituellement bien sûr à Panglao et bien que les sites visités déconseillent de s’y rendre à cette époque il y a fait très beau tous les jours avec un orage de quelques secondes ou minutes certains soirs.

Mais de tels paysages et de telles vacances balnéaires cela se mérite, semble-t-il et nulle part ailleurs je n’ai vu un tel sable blanc en poudre moelleux voire même soyeux s’étaler en longue langue le long des cocotiers. J’ai trouvé l’eau plus douce aussi (est-ce à cause de la fonte des glaciers car on est dans le pacifique ?) et à juste température pour nager des heures durant sans s’inquiéter de la température, ni de courants parmi une faune et une flore de rêve !

Et le marché de Malatapay où les ethnies Bukidnon se rendent pour vendre leur artisanat, buffles, chèvres et mangent du lecchon.

Donc pleins de belles images et le contrat de passer des vacances reposantes balnéaires en vue de pratiquer le snorkeling a été respecté.

 

Indonésie – Bali


L’île des Dieux
 Seize jours sur cette si petite île des Dieux pour admirer ses rizières en terrasse et son célèbre système d’irrigation, sa jungle où tout tombe du ciel, ses plages, sa faune et sa flore, ses temples innombrables et fabuleux, ses offrandes parsemant trottoirs & allées des jardins, mais aussi ses lacs, ses volcans, ses warungs et satays, mais surtout ses habitants si accueillants et souriants.
Avant de partir j’ai réservé comme d’habitude les vols internationaux et logements via Booking mais aussi scindé le circuit en quatre parties reliées entre elles par trois réservations de chauffeurs d’une journée chacune auprès de Balicab, ce qui a permis de traverser l’île de long en large en prenant des chemins de traverses et en accédant inéluctablement à l’imprévu. Mais une chose aussi s’est avérée importante, c’est d’avoir lu le livre « Sang et volupté » de Vicki Baum si captivant, si intéressant car alors à Klung Klung au musée je pouvais revivre ce qu’avaient vécu les personnages du livre. Bali est restée un condensé du passé, partout les femmes marchent avec leurs magnifiques tenues composées d’un sarong en batik et d’un haut brodé, les offrandes portées à bout de bras sur la tête, les enterrements ont lieu en ville dans la rue en une fête rassemblant proches et voisins.
JIMBARAN
Cette presqu’île est le premier point d’encrage pour 3 nuits dans un hôtel qui s’est avéré peu approprié du fait de son éloignement de tout. Tant pis on ne gagne pas à tous les coups. Cela n’empêche pas de se rendre dès le premier jour au marché aux poissons  et de profiter de la plage pour se reposer du voyage. Puis l’hôtel propose une navette vers une plage non indiquée sur la carte… et là c’est une explosion de gens locaux sur un côté de la plage et de touristes chinois de l’autre, où un alignement de transats et parasols accueillent tout à chacun face à de petites gargotes qui servent toute la journée une soupe ou satay ou un rafraichissement, et vendent des robes de plages,shorts et maillots de bain !
Et voilà tant de dépaysement déjà, un chauffeur de Balicab arrive à l’hôtel et en route vers Munduk en passant voir le Tanah Lot hélas déjà bondé de monde très tôt le matin, le marché traditionnel de Tabanan, puis les rizières de Jatiluwih classée par l’UNESCO grâce à leur système d’irrigation Subak, le temple du lac d’Ulun Danu et des cascades.
MUNDUK
Munduk est un village paisible dans les montagnes noyées dans les brumes et jonchées de rizières mais aussi de forêts de clou de girofles… et c’est là qu’une randonnée devient un émerveillement. Pas besoin de guide, l’hôte du Puri Sunny hôtel remet gracieusement une feuille de route avec le parcours choisi. Eh c’est parti pour une merveilleuse balade à travers rizières, villages et forêts de clous de girolfle
…avant de repartir cette fois-ci avec un meilleur chauffeur qui se pliera en quatre pour montrer le meilleur de Bali ! Les plus belles rizières en direction d’Amed et plus particulièrement Bunutan au pied du volcan le Mont Agung. Un arrêt s’impose au marché de Banjar à Singaraja puis au temple Biji à Sangsit, puis au temple Besakih et enfin aux piscines royales de Tirtaganga.
AMED
une journée de repos, le temps d’assimiler tout ce qui a été vu et se préparer à ce qui est encore à découvrir, alors un bon massage à l’hôtel fera le reste.
Avant de reprendre avec un troisième jeune et dynamique chauffeur la route vers Ubud, centre névralgique de l’île, que je ne ne parviens pas à définir autrement que par j’ai beaucoup aimé, adoré etc…
Sur la route, visites de Palais, arrêt pour déjeuner à Candidosa face à la plage, puis visite du palais de justice de Kerta Gosa à Klung Klung et de son musée qui relate les guerres notamment celle des Hollandais qui voulurent envahir l’île et ont massacré les autochtones venus de leurs champs défendre leur île à leur péril. À leur morts, les femmes ont érigé un bûcher et se sont faites brûler vive. Tous ces épisodes sont relatés dans le très beau livre « Sang & volupté » cité en introduction.
UBUD
Qui n’aimerait pas vivre un moment un peu plus long à Ubud ? Juste pour vivre pleinement comme les habitants, connaître chaque recoin, chaque quartier, chacun. Ses restaurants et ses peintres. L’hébergement choisi est une guesthouse la Teba House, que du bonheur avec une belle grande chambre et le petit déjeuner servi sur la terrasse de la chambre, petit-déjeuner différent chaque jour accompagné d’une crêpe à la banane où d’autres mets. Je suis restée 3 nuits et ai ainsi pu effectuer un des deux circuits proposés par le Lonely, en fait mal proposés car il indique pour l’un d’eux de monter la côte exténuante au départ alors qu’il aurait fallu faire les deux circuit en un pour profiter pleinement des rizières. Donc après la côte se trouve un centre de plongée (oui en plein centre d’Ubud, en plein centre ville)  où une fois rentrée pour soif, faim, fatigue etc, et après m’être rassasiée, abreuvée et reposée j’ai pu enfin trouver le circuit juste par un chemin à côté de ce centre qui descend vers la rivière et mène à la jungle que l’on monte par d’abominables marches de 50 cm de hautes glissantes d’humidité et de verdure mouillée entre les lianes avant d’atteindre au sommet les rizières, enfin, mais pas sans avoir passé un gué sur un tronc d’arbre bien glissant ausssi. Épique, la rando. Heureusement sur l’île partout des jus de fruits de papaye, bananes, mangue, à consommer sans modération.
NUSA LEMBOGAN
Pour la partie balnéaire Pondok Jenggala a été choisi proposant de s’occuper de la traversée bateau en speedboat, la prise en charge se faisant même de Ubud. Rien à redire tout s’est déroulé parfaitement. N’ayant pas vraiment envie de rester à la plage durant ces 5 jours, je suis partie découvrir cette minuscule île en me rendant chaque jour à une plage différente à pied en montant la colline et bifurquant selon la plage choisie et à chaque fois ce fut une étonnement. Sérénité car peu de touristes mais en même temps quelque chose d’insolite régnait dans ce cadre car la mer était déchainée et les plages cernées de récifs dangereux contrastaient . Heureusement les restaurants de plages offraient bains de soleil et parasols pour profiter du spectacle de la mer. Mais pas question de se baigner sur cette île hormis à la plage de notre hôtel plus calme.

 

Malaisie


Je reprends l’article tel qu’il a été inséré dans le forum du Routard et qui a été choisi pour en faire un carnet de voyage cf  le Routard. Nous avons été globalement satisfaits du voyage  et y avons trouvé ce que nous pensions y trouver, donc pas de déception. Du côté logistique j’ai un bémol pour avoir surestimé l’intérêt de Kota Bharu et y ai perdu une journée au détriment de Malacca ou même Kuala Terrenganu. Le but était de faire un circuit en Malaisie alliant visites, nature et trek, îles et balnéaire de 5 jours.
Kuala Lumpur se visite en une seule journée ce qui est suffisant compte tenu de la chaleur humide exténuante mais ce fut plaisant de se promener dans les différents quartiers, visiter les musées de batik et voir les absolument magnifiques Petronas.  


                   

 

Cameron Highlands  a donné quelques frayeurs car bien que je connaissais la difficulté des treks, ce fut encore plus difficile que pensé. Nous étions pourtant bien équipés de chaussures de randonnées, heureusement. Donc oui ce fut très très difficile mais la jungle y est très dense et très belle avec une faune et flore diversifiées. En revanche le tourisme de masse dans les fermes environnantes est comme partout décevant. Mais un régal de fraises confites n’était pas pour déplaire !

 

                    
Penang fut plus calme, nous avons opté pour le trek qui mène à la Monkey Beach et y avons rencontré varan, singes et papillons malaisiens de grandes tailles avant notre arrivée sur cette jolie crique convoitée aussi par les saoudiens et leurs femmes entièrement vêtues de burqa. Ils ont fait montre d’hospitalité à notre égard et nous ont conviés à partager leur déjeuner de grillades !

 

 


Georgetown est une jolie ville coloniale où le Street Art est omniprésent. On y vient pour repérer les Outdoor et nombreux sont ceux qui voudraient imiter le devenu très célèbre Ernest Zacharevic

 

 

et le quartier chinois agréable pour y manger. Nous avons ensuite pris un avion avec la compagnie malindo air afin de ne pas décoller trop tôt le matin. Ce fut parfait
Kota Bharu est paisible et agréable pour ses musées

 


et une petite escapade en bus jusqu’à la plage, on peut flâner en ville longtemps pour se détendre, l’hôtel, le Crystal hotel était le meilleur du circuit avec le petit déjeuner servi sur la terrasse avec vue sur le fleuve.
Kuala Terrenganu : on a rejoint cette bourgade en bus et nous y avons trouvé beaucoup de choses à faire : une belle visite de la magnifique mosquée Crystal &- 

 

P1030632

ses grands marchés avec au premier étage des batiques avantageux  et nous avons été convié à une fête de la nourriture qu’organisait une société d’audit : ce fut un réel bonheur de discuter avec chacun qui s’était habillé de vêtements traditionnels pour l’occasion, nous avons donc goûté à de nombreuses spécialités raffinées et divines devant un cocktail local.
Pulau Kapas fut l’île choisie pour la partie balnéaire et nous n’avons pas été déçus !  😀

IMG_0273        IMG_0269

bien au contraire nous avons adoré et consacré cette île la plus belle des îles jamais visitées. Logés au Kapasturtlevalley, nous pouvions rejoindre les différentes criques dont la dernière de l’île située tout au bout pour y trouver une plage de sable blanc ombragée d’arbres.
Il ne restait plus qu’à mettre les masques et tubas et régaler ses yeux de toute cette beauté de tant de poissons tropicaux et tant de coraux de toutes les formes ! époustouflant. Nous pouvions alors voir tout cela autant que nous le voulions, l’eau y était chaude translucide calme. Le rêve. Si vous souhaitez avoir un aperçu, cliquez sur le lien et verrez alors ce qu’il est possible de voir tout près de la plage sans prendre de bateau vers un spot. L’île est entourée de spots de snorkeling ! avec des Poissons tropicaux

 

En conclusion : si cette partie de la Malaisie visitée m’a laissée sur ma faim quant aux visites, je fus vite consolée par la partie balnéaire en pouvant nager et nager parmi les poissons multicolores.Alors bien sûr il faut apprécier les points positifs et il y en a eu même sur l’île : nous avons délicieusement mangé et bu des jus de fruits frais chez Qimi

et je vais longtemps regretter cette île me semble-t-il à moins que….

République Dominicaine


Évasion loin de la grisaille sur l’île des Caraïbes partagée avec Haïti
Très décriée et pourtant ses plages paradisiaques font partie des plus belles au monde avec notamment celles moins fréquentées de la péninsule de Samana ou de Juan Dolio. Sa culture reste celle de la musique avec le merengue, du tabac et de la canne à sucre et l’ambiance festive se mesure tout au long des journées sur les côtes mais on peut trouver un peu de calme en se promenant dans les environs escarpés à la recherche d’une jolie vue sur les villages pittoresques à pied ou à cheval, en allant sur des spots de plongée bouteille. Eh pourtant il y aurait encore plus à y trouver, je pense au Parc National Jaragua et la Bahia de las aguillas, El Paraiso et Barabora qui sont encore aujourd’hui les oubliés de cette destination mais qui paradoxalement contribuent à rendre la République Dominicaine si sauvage.