Archives pour la catégorie VILLES

Prague


Sur quatre jours à Prague : de l’Emotion

Il y a des villes dont on revient émerveillé, et l’on s’y attendait : je pense notamment à NYC, Venise, Genève mais Prague, on me l’avait pourtant mainte fois répété est époustouflante car jamais on se lasse, les yeux écarquillés le restent du début à la fin que l’on arpente les rues gothiques, néoclassiques, les bâtiments historiques, ceux de l’ère communiste avec leurs bas-reliefs à la gloire du travailleur, l’art déco et l’art nouveau omniprésents sur les façades ou dans les intérieurs : un livre d’histoire se lit en levant le regard, mais le contemporain n’est pas en reste ni le charme des ses théâtres ou musique de jazz.

   LE PONT CHARLES 

STARE MESTO

la veille ville : la tour poudrière, église Notre Dame de Tyn, la place de la Vieille-Ville, la Petite Place et l’Eglise st Nicolas

 

LE CHÂTEAU

Une ville sur les hauteurs avec une cathédrale magnifique avec vitraux notamment de Mucha (mais si celui qui a dessiné à Paris Sarah Bernhardt..) et une relique rococo fabriquée avec 2 tonnes d’argent, la basilique st Georges et les fameuses boutiques de la ruelles d’Or.

 

OBECNI DUM

la maison municipale : art nouveau dans toute sa splendeur : façades, lustres, miroirs, détails , trois restaurants, un bar tout est resté intact

 

LA MAISON DANSANTE ou « Ginger et Fred »

de Frank Gehry : amatrice d’art contemporain je ne voulais manquer cette célèbre maison qui placée sur un boulevard du Nové Mesto (nouvelle ville) dans un angle assourdissant de voitures et de tramway calfeutré un peu par la neige

img_0395

 

Kostel sv. Cyrilla a Metodeje

là aussi il y eut un détour incontournable car c’est dans cette église orthodoxe que furent assassinés en juin 1942 des parachutistes tchécoslovaques abrités après avoir tué le nazi Reinhardt Heydrich : récit admirablement livré par Laurent Binet dans son admirable livre HHhH

Et puis il y eu la visite du musée Mucha et la jolie balade dans le quartier aristocratique de Prague la Mala Strana avec ses maisons pastel, ses ambassades et ses bords de Vltava qui offre une vue imprenable sur le pont Charles.

 

 

Publicités

Lisbonne


LISBONNE
César nomme cette ville « felicitas Julia« , sans doute pour sa douceur de vivre.
La ville est ouverte sur l’océan, est escarpée alors c’est dynamisant de se promener des journées entières. De suite les conquêtes vers le Nouveau Monde du XV ème siècle et l’ouverture du commerce avec le Tage sont organisées et prospèrent et même rivalisent avec l’Espagne. On y apprécie ses belvédères et funiculaires ou tramways indispensables qui font partis du patrimoine comme monuments historiques. Les azulejos – du persan pierre polie – au départ importés de Séville sont devenus portugais grâce à une technique italienne. L’art décoratif est omniprésent dans les rues, sols et murs des salles bains et cuisines, et dans le métro. L’art du fait main s’invite dans les faïences et céramiques, la broderie. Les lisboètes affectionnent encore les fados, musique populaire d’origine africaine, l’huile d’olive et le porto. La visite de la ville révèle ses quartiers et  l’immense  Praça do Comércio, la rue Augusta et ses pavés, l’ascenseur de Santa Justa, le Bairro Alto, l’Alfama médiévale, le Sao Bento ou le Belem avec ses pasteis, sa tour de Belém (Unesco).

 

Berlin


BERLIN
C’est une ville qui suscite la curiosité et je l’ai découverte en plusieurs reprises avec un intérêt à chaque fois différent. La 1ère fois en 1976 ce fut à l’occasion d’une exposition d’art contemporain de gypse et là déjà un esprit avant-gardiste plein d’espoir se dessinait en contraste avec les bâtiments décimés depuis la guerre, avec le mur de séparation encore existant, avec l’isolement de la ville ouest en Allemagne de l’Est et enfin avec le trajet très surveillé pour s’y rendre que ce soit en voiture ou en train. Puis en 2004 où un regard écologique s’imposait avec les centaines d’éoliennes à proximité de Berlin, les panneaux solaires sur les toits et les forums pour énergies renouvelables. Et enfin en 2009 pour un weekend de Saint Nicolas afin d’aussi aller voir son passé architectural sur les traces de l’Alexanderplatz d’Alfred Döblin ou résolument moderne – Postdamerplatz – voir ses musées, écouter cette ville mélomane , ressentir le Mémorial aux juifs d’Europe assassinés.

 

 

 

Séville


 

Séville
Séville est une ville importante à mes yeux car elle reflète ce que j’ai lu dans le regard de mon professeur d’espagnol au lycée, petit bout de femme assise jambes croisées sur son bureau et s’exaltant de toute son âme dès lors qu’elle exprimait l’essence de Séville, l’essence de l’Andalousie et l’essence de l’Espagne. Je fus alors vaccinée 🙂
Ces trois journées ont permis d’approcher la ville pour y découvrir sa religiosité, ses peintres avec notamment  Murillo, qui ont tapissé la ville dans ses palais, ses églises et monastères. Peinture maniériste ou baroque y  trouve son antre. Séville possède également une arène. Déambuler dans les ruelles étroites et ombragées laisse entrevoir l’héritage musulman millénaire, fondateur de la culture andalouse. Aujourd’hui les minarets ont été convertis en clochers, ainsi la Giralta qui ressemble aux minarets de Rabat et de Marrakech. L’art est aussi dans les jardins avec les patios et les fers forgés. Et aussi les azulelos dans le quartier Triana. Le tableau ne serait pas complet sans le flamenco, cet art populaire devenu certes folklore, alliant musique de guitares sèches , danses et chants :

 

Bruges


Je connais un peu la Belgique pour avoir visité Bruxelles pour sa vieille ville, Anvers pour ses quartiers multiculturels et son port et Knocke-Heist pour sa très longue plage et la dénommée
Venise du Nord
Tel est ainsi appelée Bruges, la Flamande membre aussi du patrimoine mondial. Après avoir joué un rôle important au Moyen-Âge grâce à son port, elle cède sa place à Anvers et se replie pour maintenant proposer de nombreuses visites culturelles. Le Palais Provincial, l‘Église Notre Dame, la cathédrale Saint Sauveur, le beffroi et les musées sauront susciter l’attrait parmi les canaux qui jalonnent la cité.

 

Florence – La Renaissance


Florence
Mouvement artistique et culturel du XVème siècle qui a élevé au rang de génies de la peinture et de la sculpture certains Botticelli, Michel-Ange et Donatello dans  cette capitale mondiale des arts. Le coeur historique de Florence est compact et tous les monuments sont vite accessibles à pied tels le Dôme, le campanile et le baptistère avec ses Portes du Paradis. Ses églises Santa Croce ornée de fresque par GiottoSan Lorenzo, Santa Maria Novella, son édifice Palazzo Vecchio – ancien palais des Medicis – , sa Piazza della Signoria.  Sur l’autre rive, le Palazzo Pitti aux célèbres tableaux de Raphaël ou
Titien. La visite aussi incontournable demeure celle de la Galeria degli Uffizi avec un guide montrant l’évolution de l’Art florentin du gothique aux renaissances puis maniérisme. J’adore ces tableaux du duc et de la duchesse d’Urbino peints par Piero della Francesca, le printemps de Boticelli, la vierge florentine de Filippo Lippi. Puis David de Michel-Ange in situ attire le regard toujours émerveillé.

 

Londres/London


Une échappée belle
Londres est proche et ai toujours envie d’y retourner voir ses évolutions, la découvrir sous un autre aspect culturel ou artistique revisiter le Tower Bridge, St Paul’s Cathedral, Big Ben et le Parlement de Westminster, se perdre à Piccadilly Circus, observer l’Oxo tower, percer l’esprit so british à la Tate Gallery et plonger dans l’univers contemporain au musée d’art moderne déménagée dans l’ancienne centrale électrique de Bankside, reprendre son souffle à Hyde Park. Nottinghill reste enchanteur, Earl’s Court un point d’ancrage paisible.