Tous les articles par anniedlm

Travel - Photographer - Art - Garden - Reading - German - English - Spanish -

MEXIQUE : YUCATAN & MEXICO


MEXIQUE : YUCATAN, QUINTANA ROO & MEXICO

 

Voyage de deux semaines au-delà de nos espérances à tous points de vue : en effet j’appréhendais la horde de touristes, de moustiques au Yucatan – une semaine – et avais quelques réserves quant à Mexico – une semaine également – :  ville tant décriée pour son insécurité, son peu d’attrait, sa pollution et surtout pour le potentiel mal des montagnes. Rien de tout cela ! mais un magnifique pays avec une si belle histoire aux civilisations si époustouflantes, aux cités mystérieuses..  mayas dans la péninsule – classique 300-90 – et aztèques – postclassique 900-1500 – dans la région de Mexico  –  des gens si gentils et serviables (un policier faisant la circulation m’a proposé de m’appeler sur son smartphone un uber !  températures idéales avec tant de beauté dans ses paysages parfois atypiques et de merveilles et oui chacun des endroits visités m’ont charmée, étonnée, époustouflée et comblée.

Après avoir réservé un vol direct Air France Airbus 380 6 mois auparavant, vol qui s’est d’ailleurs passé admirablement avec coupe de champagne et programmation cinématographique digne d une salle d art et d essais ! direct puis un taxi réservé également auprès de Ferraltar (parfait, le chauffeur attend avec pancarte), hôtel Uolis Nah à Tulum pour la totalité du séjour (légèrement excentré du centre ville mais idéalement bien placé pour se déplacer en étoile), retour vers Cancun en Adobus puis un vol intérieur Volaris pour Mexico, taxi à réserver  impérativement dans l’aéroport pour ensuite rejoindre des amis vivant dans un beau quartier de Mexico, la Condensa d’où avec Uber il est aisé de se déplacer . Incroyablement facile.

 

1 YUCATAN & QUINTANA ROO

Avoir choisi Tulum comme point d’ancrage s’est révélé une excellente idée, la ville un peu bobo est très agréable, aérée, étendue et adaptée pour le  vélo, sans trop de touristes, le site archéologique de Tulum – seul site maya près de la mer – est accessible en vélo par une longue piste cyclable et était relié à celui de Chichen Itza

La Riviera Maya  possède un sable encore plus blanc

encore plus fin et poudreux que ceux déjà testés en Asie et le village balnéaire d’Akumal permet de nager avec palmes masque et tuba, j’ y ai rencontré une grosse tortue que j’ai pu accompagner quelques instants – belle rencontre aquatique émouvante.

Le site archéologique de Coba est lui aussi réputé pour sa pyramide non restaurée et escaladable possède un terrain de jeu de balles qui consiste à faire passer une à travers les anneaux haut perchés sur les façades obliques et ce avec les hanches, un observatoire et de nombreuses stèles malheureusement déjà rendues illisibles. il se trouvait pas très loin de notre hôtel, nous y sommes allés  en Adobus, confortable et réservable la veille puis un tuktuk a permis dans le temps imparti de visiter la totalité du site arpentant les chemins foulés par les mayas parmi la forêt clairsemée mais ombragée.

Où est Charlie ?

 

 

Pour se rendre à Chichen Itza : le haut lieu maya

j’ai trouvé dans le centre de Tulum une agence francophone Kantour

repérée sur Internet qui proposait une journée avec peu de personnes (nous étions 6) avec un guide très qualifié et un chauffeur pour visiter ce site grandiose et ce,  avant l’arrivée massive des cars,

puis un cénote :

ces aspérités géologiques naturelles, trous d’eau formés par l’érosion calcaire et dans lesquels on peut nager ;  avant de rejoindre Valadolid, jolie ville coloniale colorée

 

où nous avons partagé un moment très sympa dans un restaurant hacienda où l’on mangeait de délicieux mets typiques de la région.

J’ai tenté Playa Del Carmen aussi en colectivos, petit combi qui part quant il est plein mais là ce fut la verrue des vacances ! alors vite nous sommes partis hors de la ville pour trouver un tout petit ruban de plage bondée de locaux, pour nous consoler. Tout ça en une semaine sans compter les petits restos en terrasse ou au bord de l’eau au Paradisio ou en ville le soir à la Malaquerida vraiment top, ce n était que les prémices d une autre semaine chez les aztèques cette fois ….

 

2 MEXICO CITY ou TENOCHTITLAN

Mexico est effectivement situé à 2500m d’altitude et les escaliers à monter pour rejoindre l’appartement furent à couper le souffle. Et la pollution se fait sentir le matin au réveil quand on ressent des picotements dans le fond de la gorge. Sinon rien de bien grave, cela se gère très bien et profiter de tout ce qu’offre la ville fait vite oublier ce désagrément.

Zocalo est le nom de la place centrale de la ville dans le quartier historique, on y trouve la cathédrale et les ruines de l’ancienne pyramide de ce que fut la capitale Tenochtitlan bâtie sur des marais avec apport de terre, lopin après lopin. C’est sur cette place que des mayas encore aujourd’hui s’adonnent à des danses rituelles avec costumes et encens ainsi qu’à

des ‘bénédictions‘ auxquelles des files d’attente interminables de résidents mexicains mayas patientent sous les tambours battants.

C’est également près de cette place que se trouve le Palacio Nacional où l’on trouve une oeuvre gigantesque dans le couloir et les escaliers de Diego Riveira, des murales racontant la colonisation par Cortès, le communisme, les indiens et leurs rites ;

s’y trouve également une exposition sur les ethnies ayant vécu dans le sud de Mexico, les Mixtecos.

Puis el Palacio de Bellas Artes aux somptueux escaliers arts décos et belle librairie

belles librairies et entrées art déco

Diego Riveira est très aimé à Mexico et un musée lui est attribué mais avec une seule grande oeuvre murale mais splendide !

 

Le musée Frida Kahlo se trouve un peu excentré dans le sud de la ville et abrite dans sa propre maison : la casa azul des oeuvres  présentées dans cette maison qu’elle partageait avec Diego Riveira et Trotsky et sa femme alors en exil. Un havre de fraicheur où se dégage une grande quiétude.

Le point d’orgue de Mexico est indéniablement le musée ethnologique magnifique par sa conception moderne mais surtout par ses éclairages et ses oeuvres, dans le parc près de la Condensa dans lequel on ne cesse d’arpenter trois heures les différentes salles représentant chacun un thème des populations aztèques principalement avec codices et sigles de nahuatl.

Il aurait été impensable de partir sans s’évader à Tenochtitlan le temps d’une journée pour aller voir le site aztèque récemment découvert et ses piramides du soleil et de la lune que l’on peut gravir afin de découvrir l’ampleur du site et ce que représentait alors un tel empire.

 

Voilà pour le principale mais ce n’est pas sans compter les balades si faciles à vélo que l’on prend et laisse à notre guide toujours sur des pistes cyclables bien entretenues parmi les parcs ombragés ou les allées, les visites de galéries contemporaines,  les petits restaurants, les marchés où s’amoncellent tant de fruits et légumes frais sous toutes leurs formes.  Et surtout toutes ces personnes si gentilles, souriantes faisant preuve empathie.

 

 

Publicités

Prague


Sur quatre jours à Prague : de l’Emotion

Il y a des villes dont on revient émerveillé, et l’on s’y attendait : je pense notamment à NYC, Venise, Genève mais Prague, on me l’avait pourtant mainte fois répété est époustouflante car jamais on se lasse, les yeux écarquillés le restent du début à la fin que l’on arpente les rues gothiques, néoclassiques, les bâtiments historiques, ceux de l’ère communiste avec leurs bas-reliefs à la gloire du travailleur, l’art déco et l’art nouveau omniprésents sur les façades ou dans les intérieurs : un livre d’histoire se lit en levant le regard, mais le contemporain n’est pas en reste ni le charme des ses théâtres ou musique de jazz.

   LE PONT CHARLES 

STARE MESTO

la veille ville : la tour poudrière, église Notre Dame de Tyn, la place de la Vieille-Ville, la Petite Place et l’Eglise st Nicolas

 

LE CHÂTEAU

Une ville sur les hauteurs avec une cathédrale magnifique avec vitraux notamment de Mucha (mais si celui qui a dessiné à Paris Sarah Bernhardt..) et une relique rococo fabriquée avec 2 tonnes d’argent, la basilique st Georges et les fameuses boutiques de la ruelles d’Or.

 

OBECNI DUM

la maison municipale : art nouveau dans toute sa splendeur : façades, lustres, miroirs, détails , trois restaurants, un bar tout est resté intact

 

LA MAISON DANSANTE ou « Ginger et Fred »

de Frank Gehry : amatrice d’art contemporain je ne voulais manquer cette célèbre maison qui placée sur un boulevard du Nové Mesto (nouvelle ville) dans un angle assourdissant de voitures et de tramway calfeutré un peu par la neige

img_0395

 

Kostel sv. Cyrilla a Metodeje

là aussi il y eut un détour incontournable car c’est dans cette église orthodoxe que furent assassinés en juin 1942 des parachutistes tchécoslovaques abrités après avoir tué le nazi Reinhardt Heydrich : récit admirablement livré par Laurent Binet dans son admirable livre HHhH

Et puis il y eu la visite du musée Mucha et la jolie balade dans le quartier aristocratique de Prague la Mala Strana avec ses maisons pastel, ses ambassades et ses bords de Vltava qui offre une vue imprenable sur le pont Charles.

 

 

Philippines : les Visayas


BREF RETOUR D’EXPÉRIENCE DES PHILIPPINES : LES VISAYAS

Les îles de Cebu – Bohol – Siquijor – Negros en trois semaines

 

Les Philippines ne sont pas très convoitées par les européens et il m’a été difficile d’organiser ce voyage n’ayant que très peu de renseignements sur les sites habituellement visités Le routard et Lonely, par ailleurs renseignements souvent contradictoires ce qui m’a fait prendre des précautions inutiles, avoir des craintes infondées et devoir gérer un stress supplémentaire inutile et encombrant.

 

Donc oui les Philippines, c’est très loin, trop chaud avec un indice humidex dépassant toute loi de la raison et en plus on y mange tellement mal !

Mais mais mais les plages sont plus blanches, les eaux plus douces et cristallines avec à ses bords des poissons tropicaux plus beaux, des étoiles de mer plus grandes, plus grosses, plus belles, plus colorées mais aussi les paysages sont variés : volcans, Chocolates Hills uniques, cascades, jungles, rizières et la vie qui s’y accompagne : les gens sont décontractés, souriants et agréables, bienveillants et j’aime aussi cette simplicité à se déplacer partout où l’on se trouve : toujours un tricycle, une moto, une jeepney vous proposant de vous ramener.

En Août les touristes se comptent sur les doigts de la main même dans les endroits les plus fréquentés habituellement bien sûr à Panglao et bien que les sites visités déconseillent de s’y rendre à cette époque il y a fait très beau tous les jours avec un orage de quelques secondes ou minutes certains soirs.

Mais de tels paysages et de telles vacances balnéaires cela se mérite, semble-t-il et nulle part ailleurs je n’ai vu un tel sable blanc en poudre moelleux voire même soyeux s’étaler en longue langue le long des cocotiers. J’ai trouvé l’eau plus douce aussi (est-ce à cause de la fonte des glaciers car on est dans le pacifique ?) et à juste température pour nager des heures durant sans s’inquiéter de la température, ni de courants parmi une faune et une flore de rêve !

Et le marché de Malatapay où les ethnies Bukidnon se rendent pour vendre leur artisanat, buffles, chèvres et mangent du lecchon.

Donc pleins de belles images et le contrat de passer des vacances reposantes balnéaires en vue de pratiquer le snorkeling a été respecté.

 

VIÊT NAM


Cochinchine et Tonkin

 

Le Viêt Nam, un des derniers pays communiste au monde s’étend tout en longueur avec au Nord la Chine , à l’Ouest le Laos et le Cambodge et est bordé à l’Est par la Mer de Chine. Son histoire est empruntée à celle de Chine et du Cambodge  et aujourd’hui fait plutôt référence à celle-ci qu’à la colonisation et à la guerre des Français et Américains. On y parle plus le français et peu l’anglais, le peuple s’est construit sa propre identité moderne et conservatrice de son essence après avoir aussi reconstruit son pays dévasté. Trois régions différentes font du Viêt Nam une destination privilégiée de voyage, j’en ai abordé deux, au Sud la Cochinchine avec Saïgon pour capitale et son incroyable delta du Mekong pendant trois journées et aussi l’île si accessible de Phu Quoc pour nager, se balader et visiter puis le Nord doté non de la moindre belle et ancienne Ha Noi avant de filer par delà le delta du Fleuve Rouge sur l’eau dans  la souvent brumeuse baie d’Ha Long pour deux journées à bord d’un petit bateau. 
Cet itinéraire a été préparé avec l’aide et la patience de l’agence Vietnam Découverte de Ha Noi – que je recommande –  passage obligé car le Viêt nam ne s’ouvre que doucement au tourisme et les infrastructures sont difficiles d’accès par Internet, du moins pour ce type de voyage. La présence d’un(e) guide est requise ainsi que celle de chauffeurs privatifs. L’ensemble du voyage s’est passé quasiment sur ou près de l’eau dans des bateaux  fluviaux, pirogues, barques, aéroglisseur puis un ancien voilier. À aucun moment le sentiment de suivre un itinéraire de tourisme de masse m’a gênée, ce qui m’importait et je suis rentrée avec de très belles surprises surtout des paysages grandioses  mais de vie autochtone dense.

L’idée d’un autre voyage vers le centre Hué puis Sapa à la rencontres des ethnies vivant dans les montagnes de l’Himalaya ou parmi les rizières  s’est ancrée d’elle-même….

 

 

 

 

île plage de sable blanc, marché de nuit de poissons
île de Phu Quoc : plage de sable blanc, marché de nuit de poissons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INDE – Tamil Nadu & Kerala


NAMASTÉ !

C’est avec l’Agence Aravind Holiday, Mr Gopal,  que ce voyage de 14 jours in situ a été préparé. Il mettait à notre disposition un chauffeur avec voiture durant deux semaines et libre à nous d’organiser un circuit, les hôtels étant réservés par ses soins. Tout s’est très bien passé et cette agence est à recommander ce qui a été fait sur le forum du Routard. Le chauffeur Sonu a su montrer quelques hors des sentiers battus, comme ce temple isolé dans un village accessible par un long chemin bordé de chevaux de glaise.

Le trajet partait de CHENNAI vers COCHI en passant par MAHABALIPURAM, PONDICHERY, TANJORE, MADURAI, THEKKADY, KOVALAM, THOTAPALLI (Backwaters).

Je suis absolument charmée par ces deux régions verdoyantes de l’Inde du Sud différentes l’une de l’autre mais aussi tant différentes du Rajasthan proche du désert, culturellement et géographiquement.

J’aime moins les villes coloniales et leur préfère les villes typiquement indiennes comme Tanjore et Madurai où hélas je suis restée juste le temps de parcourir la ville et visiter temples et palais.

En Inde comme aussi dans ces deux régions les gens sont incroyables, on en revient différent, omnibulé, en extase, le fait de voir tant de dévotion, tant de gentillesse, tant de servitude. Cela n’est plus un caractère religieux mais un état d’esprit, une façon de vivre que je n’ai pour ma part jamais rencontré ailleurs. Quand je repense à cela je voudrais y retourner encore et encore, tellement c’est bénéfique.

  • À l’arrivée Mr Gopal et Sanu sont à l’aéroport malgré un retard de l’avion, ouf, et aussitôt nous réglons quelques formalités, changeons nos euros et hop c’est parti pour un périple nous deux ensemble avec un hindou qui prie dès lors qu’il tourne la clé de contact de la voiture ou croise un temple sur son chemin et roule à gauche prudemment sur ces routes si dangereuses mais jamais je n’ai eu peur. En route pour Mahabalipuram et stop à KANCHIPURAM, ville du VI ème siècle. Visite de la ville en tuk tuk puis direction vers les Five Rats, le krishnabutterhall, le marché aux serpents. Mamallapuram est une petite ville de pêcheur classée par l’Unesco et est connue pour ses tailleurs de pierres.
  • Puis direction vers PONDICHERY, AUROVILLE, cité tracée en partie par un architecte français. Site sauvage superbe avec de beaux chemins ombragés qui mènent au Matrimandir. La visite de Pondichery aura lieu en rickshaw via le Goubert market, l’Ashram de Sri Aurobindo, le quartier français, le temple Ganesh, Gangakondacholpuratetemple, resto au Satsonga avec terrasse. Puis l’église Notre Dame des Anges avec grande messe.

 

 

  • Prochaine étape TANJORE avec visite du temple Brihadesvrara (UNESCO) dédié au Dieu Shiva, dynastie Chola. Puis Palais des nayaks.

 

 

  • En route vers MADURAI en passant par Chettinad avec ses belles maisons, visite du temple Meenakshi, le palais Thirumalai nayak.

 

 

  • THEKKADY se trouve en montagne , on y trouvery des spicegarden, avec visite de l’usine de thé, balade dans la forêt de Peryar avec guide puis marché aux épice de Kumily et waterfalls on the road to the spicegarten, trekking in the village

 

  • KOVALAM fut enchanteur bien que très loin à atteindre. Une récompense : non la moindre : un massage à quatre mains très professionnel et bienfaiteur avec huile de sésame et senteurs chaudes, le tout pendant une heure trente ! Un rêve.

 

 

  • Les Backwaters à Allepey sont une véritable merveille à naviguer en jonques où l’on passe la nuit à bord.

 

  • Cochin, construite par les portugais, sera une visite de courte durée mais la ville est belle avec ses carrelets chinois sur le port, la ville est animée la nuit,et elle possède le cénotaphe de Vasco de Gama. Le soir est prévu un Kathali, théâtre très intéressant avec l’explication.

INDE – Rajasthan


1er Voyage circuit en Asie
Il est difficile de se projeter dans un voyage lointain la première fois alors je me suis faite aider d’une Agence locale qui utilise les services d’une Française qui adore l’Inde et connaît sa culture. L’agence, c’est Fabulousindiatour avec qui il fut possible d’organiser un circuit de rêve de 15 jours.
DEHLI
Nous sommes arrivés trop tard pour découvrir cette ville indienne mais déjà le ton est donné avec le brouhaha, le tumulte, les klaxons, les tuk-tuk, les couleurs des saris, les senteurs… nous reportons les visites au retour et nous dirigeons à l’aube vers
Mandawa
Cette bourgade se situe dans le Shekhawali à 240 km de Dehli, les routes étant difficiles, nous arrivons en début de soirée juste le temps de se dégourdir les jambes dans les ruelles encombrées de vie indienne où surplombent les fils électriques emmêlés. Nuitée dans un haveli des caravansérails, propriétés des riches marchands d’autrefois.

 

Bikaner

 

Bikaner
Ville du désert de Thar, cela se sent. Visite du fort de Janagarh et d’une ferme d’élevage de chameau puis promenade dans le old Bikaner et nuitée à nouveau dans un haveli avec restaurant rooftop.

 

Jalsamer
Grande ville et la plus ancienne fortifiée du XII ème siècle, ses marchés : Manak Chauk et Sonarrharh, bazars, forts et temple jaïn, nous visitons tout et partout, la Citadelle et l’Haveli Patwon ki Haveli. Et la nourriture se veut éperdûment piquante mais déguster un chickenkebab avec aloo et parotta et curd quel délice.
Jodhpur
La plus belle cité du Rajasthan, la veille ville  est parsemée d’artisans mais j’ai aimé le Market clock et les boutiques de tissus, chez Ali Baba. Puis visite de la forteresse Mehrangarh.
Ranakpur
Enfin un peu de calme, et après la visite du magnifique temple jaïn Adinatha, repos à l’hôtel perdu parmi les singes.
Udaipur
J’ai aimé cette ville qui affiche tant de palais et tant de belles maisons en désuétude. Il fut un temps où la richesse règnait partout. En route visite du fort Kumbalgarh, trekking dans la campagne parmi les villages, et visite du splendide Citypalace, Jagdish tgemple, Bagore ki Haveli avec soirée de  marionnettes, la cuisine rajasthanie est goûtée dans une cadre sympa sur l’autre rive, la divine  soupe au Chirag calme les ardeurs des épices.
Bundi
Sur la route, pause au Chittogarth fort et éblouissement devant une nature plus verdoyante avec quelques cocotiers et rizières. Arrivée tardive dans cette petite bourgade mais juste à temps pour grimper vers le fort et chercher le puits avec les piliers sculptés du VIIème siècle hélas introuvables…dîner de Dal Baati, spécialité locale.
Jaipur
Le Fort d’Amber se visite à dos d’éléphant mais j’y renonce, trop touristique alors nous monterons à pieds puis visite du palais Rambargh Palace, l’Observatoire Jatar Mantar du XVIII et classé par l’Unesco. La soirée restera inoubliable : un cinéma au Raj Mandir : le spectacle est dans la salle, tout le monde participie au film ! Visite su Shirmanitemple et du Monkey’s temple dédié à Hanuman. Et une photo du magnifique Palais de vents.
Agra
Sur la route arrêt à Fatehpur Sikri (UNESCO) avec visite du temple Aberani puis bien sûr le absolument féérique Taj Mahal !
Dehli
La visite se fera en Tuk tuk et Rickshau. 3 monuments sont classés par l’Unesco, le Qtb Minar, le tombeau d’Humayun et le Fort Rouge.  Restent le Temple de Lakshmi Narayan, le marché tibétain, le temple jaïn  Digambara temple que j’aperçois en route avant d’entrer dans la mosquée d’Inde : la Jama masjik.

 

 

 

 

 

 

 

Indonésie – Bali


L’île des Dieux
 Seize jours sur cette si petite île des Dieux pour admirer ses rizières en terrasse et son célèbre système d’irrigation, sa jungle où tout tombe du ciel, ses plages, sa faune et sa flore, ses temples innombrables et fabuleux, ses offrandes parsemant trottoirs & allées des jardins, mais aussi ses lacs, ses volcans, ses warungs et satays, mais surtout ses habitants si accueillants et souriants.
Avant de partir j’ai réservé comme d’habitude les vols internationaux et logements via Booking mais aussi scindé le circuit en quatre parties reliées entre elles par trois réservations de chauffeurs d’une journée chacune auprès de Balicab, ce qui a permis de traverser l’île de long en large en prenant des chemins de traverses et en accédant inéluctablement à l’imprévu. Mais une chose aussi s’est avérée importante, c’est d’avoir lu le livre « Sang et volupté » de Vicki Baum si captivant, si intéressant car alors à Klung Klung au musée je pouvais revivre ce qu’avaient vécu les personnages du livre. Bali est restée un condensé du passé, partout les femmes marchent avec leurs magnifiques tenues composées d’un sarong en batik et d’un haut brodé, les offrandes portées à bout de bras sur la tête, les enterrements ont lieu en ville dans la rue en une fête rassemblant proches et voisins.
JIMBARAN
Cette presqu’île est le premier point d’encrage pour 3 nuits dans un hôtel qui s’est avéré peu approprié du fait de son éloignement de tout. Tant pis on ne gagne pas à tous les coups. Cela n’empêche pas de se rendre dès le premier jour au marché aux poissons  et de profiter de la plage pour se reposer du voyage. Puis l’hôtel propose une navette vers une plage non indiquée sur la carte… et là c’est une explosion de gens locaux sur un côté de la plage et de touristes chinois de l’autre, où un alignement de transats et parasols accueillent tout à chacun face à de petites gargotes qui servent toute la journée une soupe ou satay ou un rafraichissement, et vendent des robes de plages,shorts et maillots de bain !
Et voilà tant de dépaysement déjà, un chauffeur de Balicab arrive à l’hôtel et en route vers Munduk en passant voir le Tanah Lot hélas déjà bondé de monde très tôt le matin, le marché traditionnel de Tabanan, puis les rizières de Jatiluwih classée par l’UNESCO grâce à leur système d’irrigation Subak, le temple du lac d’Ulun Danu et des cascades.
MUNDUK
Munduk est un village paisible dans les montagnes noyées dans les brumes et jonchées de rizières mais aussi de forêts de clou de girofles… et c’est là qu’une randonnée devient un émerveillement. Pas besoin de guide, l’hôte du Puri Sunny hôtel remet gracieusement une feuille de route avec le parcours choisi. Eh c’est parti pour une merveilleuse balade à travers rizières, villages et forêts de clous de girolfle
…avant de repartir cette fois-ci avec un meilleur chauffeur qui se pliera en quatre pour montrer le meilleur de Bali ! Les plus belles rizières en direction d’Amed et plus particulièrement Bunutan au pied du volcan le Mont Agung. Un arrêt s’impose au marché de Banjar à Singaraja puis au temple Biji à Sangsit, puis au temple Besakih et enfin aux piscines royales de Tirtaganga.
AMED
une journée de repos, le temps d’assimiler tout ce qui a été vu et se préparer à ce qui est encore à découvrir, alors un bon massage à l’hôtel fera le reste.
Avant de reprendre avec un troisième jeune et dynamique chauffeur la route vers Ubud, centre névralgique de l’île, que je ne ne parviens pas à définir autrement que par j’ai beaucoup aimé, adoré etc…
Sur la route, visites de Palais, arrêt pour déjeuner à Candidosa face à la plage, puis visite du palais de justice de Kerta Gosa à Klung Klung et de son musée qui relate les guerres notamment celle des Hollandais qui voulurent envahir l’île et ont massacré les autochtones venus de leurs champs défendre leur île à leur péril. À leur morts, les femmes ont érigé un bûcher et se sont faites brûler vive. Tous ces épisodes sont relatés dans le très beau livre « Sang & volupté » cité en introduction.
UBUD
Qui n’aimerait pas vivre un moment un peu plus long à Ubud ? Juste pour vivre pleinement comme les habitants, connaître chaque recoin, chaque quartier, chacun. Ses restaurants et ses peintres. L’hébergement choisi est une guesthouse la Teba House, que du bonheur avec une belle grande chambre et le petit déjeuner servi sur la terrasse de la chambre, petit-déjeuner différent chaque jour accompagné d’une crêpe à la banane où d’autres mets. Je suis restée 3 nuits et ai ainsi pu effectuer un des deux circuits proposés par le Lonely, en fait mal proposés car il indique pour l’un d’eux de monter la côte exténuante au départ alors qu’il aurait fallu faire les deux circuit en un pour profiter pleinement des rizières. Donc après la côte se trouve un centre de plongée (oui en plein centre d’Ubud, en plein centre ville)  où une fois rentrée pour soif, faim, fatigue etc, et après m’être rassasiée, abreuvée et reposée j’ai pu enfin trouver le circuit juste par un chemin à côté de ce centre qui descend vers la rivière et mène à la jungle que l’on monte par d’abominables marches de 50 cm de hautes glissantes d’humidité et de verdure mouillée entre les lianes avant d’atteindre au sommet les rizières, enfin, mais pas sans avoir passé un gué sur un tronc d’arbre bien glissant ausssi. Épique, la rando. Heureusement sur l’île partout des jus de fruits de papaye, bananes, mangue, à consommer sans modération.
NUSA LEMBOGAN
Pour la partie balnéaire Pondok Jenggala a été choisi proposant de s’occuper de la traversée bateau en speedboat, la prise en charge se faisant même de Ubud. Rien à redire tout s’est déroulé parfaitement. N’ayant pas vraiment envie de rester à la plage durant ces 5 jours, je suis partie découvrir cette minuscule île en me rendant chaque jour à une plage différente à pied en montant la colline et bifurquant selon la plage choisie et à chaque fois ce fut une étonnement. Sérénité car peu de touristes mais en même temps quelque chose d’insolite régnait dans ce cadre car la mer était déchainée et les plages cernées de récifs dangereux contrastaient . Heureusement les restaurants de plages offraient bains de soleil et parasols pour profiter du spectacle de la mer. Mais pas question de se baigner sur cette île hormis à la plage de notre hôtel plus calme.

 

Thaïlande


Un musée à ciel ouvert !
Je pensais que la Thaïlande serait un voyage avec un tourisme de masse qui gâche tout plaisir mais j’ai tenté et tout comme certaine destination qui – bien que connue, vue et revue – apparait tel un lieu tout droit sorti des songes, je pense notamment à Venise ou le Taj Mahal, la Thaïlande reste ancrée dans ma mémoire –  remplie de beauté et de merveilles.
Il fut difficile de définir ce circuit de deux semaines pleines sur place tant ce pays est vaste et mon choix s’est porté sur Bangkok, Ayutthaya, Sukhothai, Chiang Mai, Chiang Rai, Koh Samui, et ce, malgré les avertissements d’internautes que ce ne serait pas faisable…:)
BANKOK
L’arrivée le soir tard a bien failli nous conduire au lit sans manger et de plus dans une guesthouse vraiment peu avenante mais au moins placé près de la gare ferrovière dans une ruelle pittoresque : une « soi ».
Puis la journée suivante  commence par un aller en tuk tuk puis en bateau express au Wat Kheo et Gd Palais, Wat Pho. À peine sortie le midi qu’un absolument super petit resto m’a comblé d’un Tom Yum raffiné !
Le Wat Suthat se trouve sur l’autre rive et on y accède en bateau. Au retour un homme propose une sortie sur les canaux: les fameux klongs de Bankok qui pour l’heure font l’objet de débats pour leurs destructions afin de faire de la place pour de nouveaux buildings.
les klongs de Bangkok
les klongs de Bangkok
AYUTTHAYA
Le lendemain il fallut se rendre très tôt le matin à la gare à pied (pratique ma petite valise à roulettes !) pour rejoindre Ayutthaya d’où un miniminibusscooter mène à l’hôtel Bann Bamai Boutique. Là l’accueil est irréprochable, la chambre belle et l’hôtesse très empressée de faire plaisir, d’aider et aussi de garder sa 1ère place dans Tripadvisor. Elle nous offre même le petit déjeuner dans la chambre le jour suivant car nous devons partir très tôt. Quant aux visites il y en a eu tant dans la vieille ville pour ne citer que le Wat Mahthat et le Wat Ratchabrama.

IMG_0188

SUKHOTHAI
Puis c’est en bus VIP que nous rejoingnons SUKHOTHAI, ville classée par l’UNESCO – Aube du bohneur. Elle mérite son nom car ce fut un réel bonheur de se promener à pieds et à vélo dans ce parc parmi tous ces vestiges et si peu de touristes (où ont-ils disparu ?).   Sukhothaï.    L’hôtel Thai Thai Sukothai est à conseiller.
CHIANG MAI

IMG_0369

Chiang Mai est une ville très plaisante car de taille moyenne où tout est accessible à pied avec des rues agrémentées de nombreux restaurants et boutiques. Ses murailles datent du XVIIIème siècle et la ville qui s’appelait autrefois Lan Na (5 millions) possèdent 5 portes. C’est aussi là que les ethnies Mon/Khmer viennent de Birmanie et du Laos, au sud le Siam et au nord le Khon Muang.
Dans la vielle ville le Wat Chedi Luang et le Wat Phra Sing sont près de l’hôtel ainsi que la porte Suan dok. Le Wat Chiang Man avec un Bouddha en cristal et le Wat Suan Dok sont à visiter inlassablement.
CHIANG RAI
Le Greenbus Thailand VIP mène à Chiang Rai pour deux journées. La première sera consacrée à la visite de la ville avec le Wat Phra Kaeo, le Wat Phra Sing et le Wat Mungmuang puis la seconde avec le Wat Rong Khun
Wat Rong Khun
Wat Rong Khun
mais aussi un bus, en fait plutôt un tas de ferraille ambulant, sic, mène à travers les rizières à CHIANG SAEN  – ville construite par Saen Phu à partir de 1419 – où en descendant très tôt le matin au marché on aperçoit l’immense « Mekong » alors vite vers la rive pour attraper un bateau qui surfera jusqu’au TRIANGLE D’OR. Au retour ballade jusqu’au temple de la forêt de teck le Wat Paa Saak avec le plus beau chedi Pre lanna et le très grand Wat Chedi Luang.

IMG_0652

KOH SAMUI
De Chiang Mai j’avais réservé un vol Air Asia vers Bangkok puis vers Koh Samui, comprenant un package avec transfert en bateau jusqu’à l’île. Cela permettait de ne pas avoir à changer d’aéroport mais grande fut la surprise quand le bateau s’est présenté à quai : un rafiot indien avec de très vieux fauteuils en cuir devait une fois de plus tenter de joindre sa destination. Et cela s’est bien passé ! À l’arrivée un car conduit les passagers à leurs hôtels respectifs. Et ce n’est que le lendemain que nous avons pu goûter au charme de notre hôtel au calme et charmant le Lipa Lovely Resort avec son restaurant le Big John réputé et très bon et face à la plage. Quoi de mieux sur Koh Samui ? Rien c’est ce qui fut à constater après avoir visité toutes les plages environnantes grâce à un scooter loué. La mer était partout déchainée, ou bien les plages bondées mais pas au Lipa Resort….Sinon ce fut un temps de repos, de nage dans une eau chaude, de ballades jusqu’aux cascades et de plaisirs gustatifs dans les petits restos de villages environnants.

Malaisie


Je reprends l’article tel qu’il a été inséré dans le forum du Routard et qui a été choisi pour en faire un carnet de voyage cf  le Routard. Nous avons été globalement satisfaits du voyage  et y avons trouvé ce que nous pensions y trouver, donc pas de déception. Du côté logistique j’ai un bémol pour avoir surestimé l’intérêt de Kota Bharu et y ai perdu une journée au détriment de Malacca ou même Kuala Terrenganu. Le but était de faire un circuit en Malaisie alliant visites, nature et trek, îles et balnéaire de 5 jours.
Kuala Lumpur se visite en une seule journée ce qui est suffisant compte tenu de la chaleur humide exténuante mais ce fut plaisant de se promener dans les différents quartiers, visiter les musées de batik et voir les absolument magnifiques Petronas.  


                   

 

Cameron Highlands  a donné quelques frayeurs car bien que je connaissais la difficulté des treks, ce fut encore plus difficile que pensé. Nous étions pourtant bien équipés de chaussures de randonnées, heureusement. Donc oui ce fut très très difficile mais la jungle y est très dense et très belle avec une faune et flore diversifiées. En revanche le tourisme de masse dans les fermes environnantes est comme partout décevant. Mais un régal de fraises confites n’était pas pour déplaire !

 

                    
Penang fut plus calme, nous avons opté pour le trek qui mène à la Monkey Beach et y avons rencontré varan, singes et papillons malaisiens de grandes tailles avant notre arrivée sur cette jolie crique convoitée aussi par les saoudiens et leurs femmes entièrement vêtues de burqa. Ils ont fait montre d’hospitalité à notre égard et nous ont conviés à partager leur déjeuner de grillades !

 

 


Georgetown est une jolie ville coloniale où le Street Art est omniprésent. On y vient pour repérer les Outdoor et nombreux sont ceux qui voudraient imiter le devenu très célèbre Ernest Zacharevic

 

 

et le quartier chinois agréable pour y manger. Nous avons ensuite pris un avion avec la compagnie malindo air afin de ne pas décoller trop tôt le matin. Ce fut parfait
Kota Bharu est paisible et agréable pour ses musées

 


et une petite escapade en bus jusqu’à la plage, on peut flâner en ville longtemps pour se détendre, l’hôtel, le Crystal hotel était le meilleur du circuit avec le petit déjeuner servi sur la terrasse avec vue sur le fleuve.
Kuala Terrenganu : on a rejoint cette bourgade en bus et nous y avons trouvé beaucoup de choses à faire : une belle visite de la magnifique mosquée Crystal &- 

 

P1030632

ses grands marchés avec au premier étage des batiques avantageux  et nous avons été convié à une fête de la nourriture qu’organisait une société d’audit : ce fut un réel bonheur de discuter avec chacun qui s’était habillé de vêtements traditionnels pour l’occasion, nous avons donc goûté à de nombreuses spécialités raffinées et divines devant un cocktail local.
Pulau Kapas fut l’île choisie pour la partie balnéaire et nous n’avons pas été déçus !  😀

IMG_0273        IMG_0269

bien au contraire nous avons adoré et consacré cette île la plus belle des îles jamais visitées. Logés au Kapasturtlevalley, nous pouvions rejoindre les différentes criques dont la dernière de l’île située tout au bout pour y trouver une plage de sable blanc ombragée d’arbres.
Il ne restait plus qu’à mettre les masques et tubas et régaler ses yeux de toute cette beauté de tant de poissons tropicaux et tant de coraux de toutes les formes ! époustouflant. Nous pouvions alors voir tout cela autant que nous le voulions, l’eau y était chaude translucide calme. Le rêve. Si vous souhaitez avoir un aperçu, cliquez sur le lien et verrez alors ce qu’il est possible de voir tout près de la plage sans prendre de bateau vers un spot. L’île est entourée de spots de snorkeling ! avec des Poissons tropicaux

 

En conclusion : si cette partie de la Malaisie visitée m’a laissée sur ma faim quant aux visites, je fus vite consolée par la partie balnéaire en pouvant nager et nager parmi les poissons multicolores.Alors bien sûr il faut apprécier les points positifs et il y en a eu même sur l’île : nous avons délicieusement mangé et bu des jus de fruits frais chez Qimi

et je vais longtemps regretter cette île me semble-t-il à moins que….

Lisbonne


LISBONNE
César nomme cette ville « felicitas Julia« , sans doute pour sa douceur de vivre.
La ville est ouverte sur l’océan, est escarpée alors c’est dynamisant de se promener des journées entières. De suite les conquêtes vers le Nouveau Monde du XV ème siècle et l’ouverture du commerce avec le Tage sont organisées et prospèrent et même rivalisent avec l’Espagne. On y apprécie ses belvédères et funiculaires ou tramways indispensables qui font partis du patrimoine comme monuments historiques. Les azulejos – du persan pierre polie – au départ importés de Séville sont devenus portugais grâce à une technique italienne. L’art décoratif est omniprésent dans les rues, sols et murs des salles bains et cuisines, et dans le métro. L’art du fait main s’invite dans les faïences et céramiques, la broderie. Les lisboètes affectionnent encore les fados, musique populaire d’origine africaine, l’huile d’olive et le porto. La visite de la ville révèle ses quartiers et  l’immense  Praça do Comércio, la rue Augusta et ses pavés, l’ascenseur de Santa Justa, le Bairro Alto, l’Alfama médiévale, le Sao Bento ou le Belem avec ses pasteis, sa tour de Belém (Unesco).